Téo Taxi était le rêve d’Alexandre Taillefer, mais l’ex-dragon n’a payé lui-même qu’une fraction de la facture de ce coûteux projet.

 En comptant les investissements en capital-actions, les subventions et les prêts, les institutions publiques ou quasi publiques ont investi depuis 2015 entre 50 et 60 millions $ dans Taxelco, la société mère de Téo Taxi. 

Bronfman a investi

 Les principaux investisseurs publics ou quasi publics sont la Caisse de dépôt et placement (15 millions $), le Fonds de solidarité FTQ (12 millions $) et Investissement Québec (8 millions $). Les subventions du gouvernement du Québec s’élèvent quant à elles à au moins 7,5 millions $. 

En revanche, les investisseurs privés ont injecté un peu plus de 30 millions $ dans XPNDCroissance, le fonds qu’Alexandre Taillefer a lancé en 2015 et dont le principal actif est Taxelco, révèle un document confidentiel obtenu par Le Journal. Claridge, la société d’investissement de Stephen Bronfman, a mis 5 millions $ dans XPNDCroissance. 

 Or, à peine la moitié de ces apports privés, soit environ 15 millions $, a été injectée dans Taxelco. Le reste a été investi dans d’autres entreprises, dont l’entreprise de médias et de divertissement Mishmash ainsi que le constructeur de véhicules électriques Lion. 

 Moins de 4 millions $ 

 Et des 30 millions $ investis par le secteur privé dans XPNDCroissance, moins de 4 millions $ l’ont été par Alexandre Taillefer et son associé au sein de la firme XPND Capital, Dominic Bécotte, indique le document. 

Taxelco n’a jamais fait ses frais. Au cours de la période de 12 mois qui a pris fin le 30 juin 2018, l’entreprise a subi une perte d’exploitation de 10,4 millions $ sur des revenus de 34,8 millions $, peut-on lire dans le document. Les états financiers des deux derniers trimestres de 2018 n’ont pas encore été remis aux actionnaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *