Le président de campagne du Parti libéral du Québec, Alexandre Taillefer a paru surpris mardi d’apprendre que son nom se trouvait toujours au Registre des lobbyistes. Il est photographié ici en compagnie du premier ministre Philippe Couillard, lors de l’annonce, en mai, de sa venue au PLQ.

Même s’il s’est engagé à cesser de faire du lobbyisme, le président de campagne du Parti libéral du Québec, l’homme d’affaires Alexandre Taillefer, est toujours inscrit au Registre des lobbyistes du Québec, a constaté Le Journal.

En mai, l’homme derrière L’Actualité et Téo Taxi a dit au HuffPost Québec que « le rôle de président de campagne ne peut être jumelé à du lobbyisme ».

À l’époque, il a retiré son nom du registre pour son entreprise XPND Capital, pour le remplacer par celui de son associé, Dominic Becotte.

Sauf que deux mois après sa profession de foi libérale, Alexandre Taillefer cumule toujours trois mandats de lobbyiste d’entreprise pour Taxelco, Taxi Diamond et Taxi Hochelaga auprès de neuf organismes et ministères, selon le Registre des lobbyistes.

L’un d’eux vise directement le premier ministre (à travers le ministère du Conseil exécutif) et le ministère des Transports, de la Mobilité durable et de l’Électrification des transports.

Un oubli

« C’est sûrement une erreur. Je me suis retiré de tous les mandats il y a deux mois », s’est-il défendu auprès du Journal, quand on lui a demandé d’expliquer ses trois mandats pour Taxelco.

Dans un bref échange de textos et un courriel, M. Taillefer a affirmé qu’il s’agissait « sûrement d’un oubli ».

« Peut-être un mécanisme automatique du registraire ? » s’est-il aussi demandé pour essayer de comprendre pourquoi son nom est encore là, avant d’assurer que « l’erreur sera corrigée par l’entreprise ».

Jointe par Le Journal, la responsable des communications de la campagne électorale du Parti libéral du Québec, Catherine Maurice, a elle aussi déclaré que c’était une « une erreur qui sera rapidement corrigée ». « Cela aurait dû être fait déjà », a-t-elle ajouté.

« Aucune activité de lobbyisme n’a été faite auprès du gouvernement, depuis que M. Taillefer est président de la campagne du PLQ », a-t-elle indiqué par courriel.

Entente recherchée

En plus de celui visant le premier ministre, la maison-mère de Téo Taxi, Taxelco, est enregistrée pour deux autres mandats.

L’un vise à « obtenir une entente dans le cadre du programme Roulez électrique de la stratégie d’électrification des transports » du ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles.

L’autre veut une « plus grande flexibilité quant à la délimitation des agglomérations de taxis et une dérogation à toutes les règles concernant les postes d’attentes pour véhicules » auprès du Bureau du taxi de Montréal et de Revenu Québec, notamment.

Source : https://www.journaldemontreal.com/2018/07/25/taillefer-encore-lobbyiste

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *