La société de taxis électriques Téo Taxi est bien branchée. Tandis qu’Alexandre Taillefer est président de la campagne du Parti libéral, son associé au sein des entités qui possèdent Téo est le gendre de Christian Dubé, grand responsable des placements privés au Québec de la Caisse de dépôt et placement. La Caisse est le deuxième actionnaire de la société mère de Téo.

L’institution québécoise, qui a mis de l’argent deux fois plutôt qu’une dans l’entreprise innovante de taxi à la rentabilité incertaine, a assuré vendredi dernier avoir pris les mesures dès le départ pour que le dossier soit traité en toute impartialité. M. Dubé est premier vice-président, Québec, à la Caisse. Il a divulgué son lien familial avec son gendre Dominic Bécotte, affirme-t-on, et s’est retiré complètement du dossier.

« Vous pouvez imaginer que des situations comme celles-là peuvent arriver de tout temps, on a des mesures qu’on met en place, a expliqué Maxime Chagnon, porte-parole de la Caisse de dépôt. Dès que le dossier est arrivé à la Caisse, Christian Dubé a été exclu de toutes les discussions et de toutes les décisions. Il n’a même pas accès à l’information électroniquement. »

Non seulement la Caisse est le deuxième actionnaire en importance dans Taxelco, propriétaire de Téo Taxi, elle a prêté en plus au moins 15 millions au Fonds XPND croissance, contrôlé par MM. Taillefer et Bécotte et premier actionnaire de Taxelco.

« Toute discussion sur l’évaluation du dossier ou sur l’investissement en tant que tel, M. Dubé n’y a pas accès, a poursuivi M. Chagnon. Il ne participe à aucune discussion reliée à l’investissement. »

Christian Dubé semble pourtant au courant des détails concernant les taxis de son gendre quand on lit le communiqué daté du 7 février 2018 et portant l’en-tête de l’institution québécoise.

« Forte de l’expérience opérationnelle acquise dans sa phase de projet pilote, Téo Taxi a maintenant réuni les conditions nécessaires lui permettant d’accélérer sa croissance, se réjouissait-il à cette occasion. […] Nous sommes heureux de pouvoir accompagner Téo Taxi à accélérer son développement technologique, bonifier son offre de services et redéfinir son industrie en pleine transformation. » M. Dubé était le seul dirigeant de la Caisse cité dans le communiqué.

Les investisseurs institutionnels, dont la Caisse, avaient remis à cette occasion 17 millions dans Taxelco, sans quoi Téo Taxi allait fermer ses portes, selon une communication que La Presse a obtenue en janvier.

Vendredi, la Caisse a plaidé l’erreur de jugement pour cette citation attribuée au beau-père.

« Est-ce que c’était le meilleur choix ? Sans doute que non. »

— Maxime Chagnon

Comme preuve de sa bonne foi, la Caisse fait valoir qu’à l’annonce d’un premier placement dans XPND Croissance en novembre 2015, c’est Thomas Birch, directeur principal, Fonds Québec, qui était cité dans le communiqué au nom de la Caisse.

« Les dossiers concernant nos entreprises [Téo Taxi, Taxelco, XPND] ont été gérés par trois lieutenants de M. Dubé, indique Jean Vachon, responsable des communications chez Téo Taxi, en rapportant les propos de Dominic Bécotte. Dès que Taxelco était à l’ordre du jour, M. Dubé quittait la salle », poursuit M. Vachon.

Pour éviter toute zone grise, la Caisse vient d’ailleurs de nommer Jim McMullan, vice-président principal, Crédit aux entreprises, comme responsable de tous les dossiers de financement concernant les entreprises d’Alexandre Taillefer et de Dominic Bécotte. M. McMullan n’a pas de lien hiérarchique avec M. Dubé.

MAUVAISE PRESSE

Téo Taxi a fait la manchette plusieurs fois au cours des derniers mois. En juin 2017, elle a demandé à ses actionnaires de remettre la main dans la poche pour pouvoir se rendre à la fin du mois de septembre. En janvier dernier, un article de La Presse nous a appris que Téo n’avait pas réussi à attirer de nouveaux investisseurs en raison de sa jeunesse et de sa non-rentabilité.

Plus récemment, dans Le Journal de Montréal, on a appris que le gouvernement Couillard avait prêté 4 millions à Téo Taxi, quelques mois avant qu’Alexandre Taillefer ne devienne président de la campagne électorale du Parti libéral du Québec.

Cette dernière révélation a fait dire à la Coalition avenir Québec que le modèle d’affaires de l’entreprise d’Alexandre Taillefer est « basé sur les subventions ».

Source : http://plus.lapresse.ca/screens/279f3712-3308-4f2a-86f0-9156971cba37__7C___0.html?utm_medium=Twitter&utm_campaign=Internal%20Share&utm_content=Screen

Une pensée sur “Téo Taxi et l’argent de La Caisse de Dépôt : une affaire de famille !”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *