C’est en ouvrant leur journal que les députés libéraux ont appris qu’Alexandre Taillefer serait le président de leur campagne électorale. On aurait bien aimé au caucus être informé par le chef, surtout que la rumeur, qui courait depuis quelques semaines, voulait que l’entrepreneur vedette soit candidat.

Une analyse de Martine Biron

La nomination de l’ancien dragon en a donc surpris plus d’un. Non seulement M. Taillefer n’a aucune expérience politique, mais plusieurs députés s’interrogent sur la stratégie de leur chef.

Surtout dans la grande région de Québec, où on pense qu’Alexandre Taillefer, progressiste, de gauche et vert ne passe tout simplement pas.

Le dernier sondage Léger est particulièrement dévastateur pour le Parti libéral, qui se retrouve en troisième place derrière le Parti québécois dans la région de la Capitale-Nationale. Autrement dit, le rouleau compresseur de la Coalition avenir Québec risque de passer et de prendre les huit circonscriptions que détiennent présentement les libéraux.

On a encore sur le cœur la défaite dans Louis-Hébert, perçue comme le début de la débandade libérale dans la région de Québec.

Selon une source proche du parti, Philippe Couillard a raté une bonne occasion de présenter une personnalité forte et ministrable.

Le recrutement de candidats de qualité est beaucoup plus difficile maintenant qu’il y a un an.

On estime aussi que les efforts de Philippe Couillard pour séduire la région, avec les annonces du tramway et du troisième lien, ne donnent pas les résultats escomptés. Le tramway est associé à Régis Labeaume et le troisième lien, que les libéraux ont tardé à soutenir, est vu comme le projet de François Legault.

Montréal

En fait, l’entrée en scène d’Alexandre Taillefer a surtout pour objectif de consolider le vote libéral à Montréal.

On s’inquiète, chez les libéraux, que la CAQ réussisse une réelle percée dans la métropole.

Des ministres en vue comme Marie Montpetit, Isabelle Melançon et, surtout, la vice-première ministre Dominique Anglade pourraient être menacées advenant une vague caquiste. Elles font partie des plans du premier ministre qui souhaite renouveler son équipe en la rajeunissant et en s’entourant de femmes.

Ainsi, autour du premier ministre, on croit qu’Alexandre Taillefer pourra donner un coup de main et que son imposant réseau de contacts aidera au recrutement.

Les stratèges libéraux ont d’ailleurs raffiné leur méthode à Montréal, alors qu’ils en sont à constituer une banque de candidats souhaitant briguer les suffrages.

On distribuera les circonscriptions plus tard, au fil des démissions de députés. Jusqu’à huit circonscriptions sûres pourraient ainsi se libérer à Montréal.

Les régions

La pression est aussi forte en région. Le départ de Julie Boulet, la reine de la Mauricie, a déstabilisé les libéraux.

Même chose dans le Centre-du-Québec, où Laurent Lessard annoncera bientôt sa retraite de la politique.

Ce sont des poids lourds associés à l’ère Charest, mais qui restent difficiles à remplacer quand la victoire ne semble pas acquise.

Vendredi après-midi, le premier ministre était à Chicoutimi pour présenter la nouvelle candidate libérale. Pendant ce temps, à la CAQ, on laissait entendre que les chiffres du parti montrent qu’il mène largement à Chicoutimi.

Il reste que les libéraux sont de nature résiliente et ils savent très bien que les élections qui s’en viennent risquent de porter sur le désir de changement des électeurs.

N’empêche, ils ont bien l’intention de batailler ferme parce que selon eux, tout se joue en campagne électorale. Ils présenteront une nouvelle équipe et une nouvelle plateforme électorale, mais ils miseront aussi sur les faiblesses de l’adversaire.

Les libéraux pensent que François Legault, qui peut faire des gaffes, pourrait très bien rater sa campagne.

Source : https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1102017/alexandre-taillefer-plq-region-quebec-elections-caq-analyse-martine-biron

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *