L’entreprise montréalaise Taxelco, qui gère notamment le service de transport Téo Taxi, fait face à d’importants besoins de financement. Si bien qu’elle vient de demander à ses actionnaires de remettre la main dans leur poche pour l’aider à passer l’été.

En excluant la dette, les activités de Taxelco ont jusqu’ici bénéficié d’une enveloppe de 18 millions de la part des investisseurs depuis que le service spécialisé dans le transport électrique a officiellement débuté à Montréal, il y a 18 mois.

Aujourd’hui, une somme supplémentaire de 4,5 millions est nécessaire pour permettre à Taxelco de se rendre à la fin du mois de septembre, peut-on lire dans un document envoyé aux actionnaires et obtenu par La Presse.

APPUI DES ACTIONNAIRES

La somme nécessaire inclut 2,5 millions « requis rapidement pour rassurer nos prêteurs et poursuivre notre plan », peut-on lire. Deux autres millions seront requis en juillet, est-il précisé dans le document qui demande l’approbation des partenaires financiers de Taxelco.

«Nous avons l’appui de tous nos actionnaires.»

Dominic Bécotte
proche collaborateur du fondateur et principal gestionnaire de Taxelco, Alexandre Taillefer

La Caisse de dépôt et placement du Québec, Investissement Québec (IQ) et le Fonds de solidarité FTQ sont les trois plus importants actionnaires du fonds de capital de risque XPND Croissance, qui soutient les activités de Taxelco. À eux trois, les investisseurs institutionnels ont injecté 40 millions dans ce fonds dont le plus important placement est Taxelco.

L’investissement additionnel de 4,5 millions à la suite de l’appel de capital – cash call, dans le jargon – portera à 22,5 millions, la valeur des sommes injectées jusqu’à maintenant dans Taxelco via le fonds XPND Croissance.

« PAS DANS DEUX ANS »

« Mon objectif est que cette entreprise-là soit rentable d’ici la fin de l’année. Pas dans deux ans », dit le fondateur et principal gestionnaire de Taxelco, Alexandre Taillefer, au cours d’un entretien téléphonique.

Les investisseurs institutionnels représentant 66 % du capital (la Caisse, IQ, le Fonds FTQ, Fondaction et Claridge) ont répondu favorablement à l’appel de capital.

«On a toujours entièrement confiance en la compagnie»

Patrick McQuilken
porte-parole du Fonds de solidarité FTQ

Taxelco explique à ses actionnaires que la position dans laquelle elle se trouve est notamment liée au fait que l’entreprise a été limitée dans le nombre de voitures pouvant être mises en service et par le nombre d’heures d’exploitation, ce qui a causé des pertes d’exploitation sur une plus longue période que prévu.

Taxelco explique à ses actionnaires que la position dans laquelle elle se trouve est notamment liée au fait que l’entreprise a été limitée dans le nombre de voitures pouvant être mises en service et par le nombre d’heures d’exploitation, ce qui a causé des pertes d’exploitation sur une plus longue période que prévu.

CHANGEMENTS RÉGLEMENTAIRES « CRITIQUES »

La direction dit attendre depuis la fin de 2016 deux changements réglementaires du ministère des Transports du Québec (MTQ). Le premier permettrait à Téo d’embaucher des chauffeurs ne possédant qu’un permis 4C (taxi et limousine) plutôt qu’une licence de chauffeur de taxi afin d’agrandir plus rapidement son groupe de chauffeurs-employés. Une licence de chauffeur de taxi nécessite une formation de cinq semaines et coûte 1500 $. Contrairement à Uber, Taxelco est tenue d’embaucher des gens qui détiennent cette licence.

Le second changement attendu servirait à pérenniser les activités de Téo grâce à la location des licences de taxi par une entreprise, ce qui permettrait à Taxelco d’exploiter plus de 110 véhicules (comme c’est le cas actuellement).

« On se retrouve un peu coincés, car nous avons deux, parfois trois fois plus de demandes que nous avons de licences. Nous ne sommes pas en mesure de répondre à la demande pour les services de Téo Taxi. C’est un gros problème pour nous pendant qu’Uber a le droit d’embaucher des gens ayant un permis 4C et exploite 1500 voitures à Montréal », dit Dominic Bécotte.

D’importants partenariats d’affaires que Taxelco espérait annoncer dans les derniers mois auraient aussi été ralentis par le « retard des changements réglementaires ». Et même une ronde de financement sur laquelle l’entreprise travaillait aurait aussi été bloquée par la situation.

Les modifications réglementaires sont qualifiées de « critiques » pour la réalisation du plan d’affaires. « Bien que nous ayons eu des indications de support de la part du MTQ, les délais pour nous accorder ces changements sont devenus invivables et, malheureusement, dommageables financièrement », est-il souligné aux investisseurs.

« La semaine dernière par contre, suite à de nombreuses discussions avec le MTQ, nous avons enfin obtenu la confirmation que ces deux changements réglementaires seront apportés d’ici la fin de la session parlementaire, soit d’ici le 15 juin. Il s’agit d’une grosse victoire pour nous », est-il précisé dans le document transmis aux actionnaires.

L’objectif de la direction est de terminer l’année avec 300 voitures Téo, soit trois fois plus qu’actuellement.

Il n’a pas été possible d’obtenir une réaction du MTQ.

Des appels de capital ont déjà été lancés pour Taxelco par le passé pour appuyer des acquisitions – l’entreprise est propriétaire de Taxi Diamond et de Taxi Hochelaga – et pour investir dans le développement de la plateforme technologique de Téo Taxi.

Source : La Presse Affaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *